Excès de vitesse : Toute une histoire.


 

Depuis l'aube de l'humanité, l'homme s'enivre de vitesse et depuis l'apparition de l'ère industrielle ou mécanique, cette soif ne connaît plus de limite. Nous en voulons pour preuve le récent dépassement du mur du son au moyen d'un véhicule terrestre.

Le danger, le risque, ont toujours été inhérents à cette fièvre que certains taxent de sportive. Un des derniers bulletins s'est fait l'écho des dangers et nuisances de la vitesse automobile dans nos rues. Cependant, à un moindre degré, ce risque était déjà présent il y a fort longtemps, illustrant cette affirmation, la reproduction d'un arrêté du Maire de Wittenheim daté du 13 février 1858 conservé dans nos archives.

«Considérant que plusieurs personnes se permettent de conduire au trot ou au galop les chevaux, soit au breuvage soit en traversant les rues et routes de la commune, et que de cet abus contraire aux lois et règlements existants en France à cet égard, il pourrait résulter des accidents soit aux hommes soit aux animaux même.

Arrêtons :

II est fait défense aux habitants de la commune ainsi qu'aux étrangers, de traverser la commune en conduisant les chevaux au grand trot ou au galop. Tout délinquant au présent arrêté sera traduit devant les tribunaux».

On ne saura probablement jamais ce qui a motivé cette mesure à caractère très coercitif. On peut supposer que la cause en est un comportement particulièrement dangereux ce qui en soi reste malheureusement le lot quotidien en matière de circulation.

 

J.Charles WINNLEN.